ProDomaines dans les médias

Internet. 30 000 candidats au domaine pointbzh - Ouest France Entreprises, 4 juin 2014

Par Jean-Laurent BRAS.

Lancé dès 2004 par le député du Finistère Christian Ménard, mis en oeuvre par Mikaël Bodloré-Penlaez via le site geobreizh.comet soutenu financièrement par la Région Bretagne, le projet de création d'une extension Internet en .bzh entre dans sa phase opérationnelle. « Dans quelques jours, assure David Lesvenan, président de l'association www.bzhnous devrions obtenir de l'ICANN, le gestionnaire des noms de domaine, une délégation complète. » L'extension .bzh, précise-t-il, est d'ailleurs déjà en cours d'installation sur les serveurs mondiaux. Avant même l'ouverture du service, quelque 30 000 candidats ont exprimé « une manifestation d'intérêt » auprès des opérateurs en préréservant un nom de domaine. L'extension .berlin récemment disponible a enregistré 35 000 inscriptions dès le premier jour. « C'est une population comparable à celle de la Bretagne à cinq départements sur laquelle nous opérons » note David Lesvenan.

Ouest France Entreprise : extrait

Lire l'article complet sur le site Ouest France Entreprises

Extension .BZH : "Les choses s'accélèrent" - Côté Quimper & Le Progrès, 13 mai 2014

Par Matthieu Gain

Depuis le feu vert de l’Icann l’an dernier, on a beaucoup parlé de l’extension .bzh. Concrètement, où en est-on ?
Depuis deux mois, les choses s’accélèrent. Début mars, l’Icann a validé le .bzh. En clair, elle s’est engagée à intégrer le .bzh dans les serveurs de l’internet.
Nous sommes arrivés à un moment très important pour les entreprises bretonnes. Dans un premier temps, à partir du mois de juillet et pendant 60 jours, les entreprises détentrices de marques commerciales protégées pourront déposer leur .bzh auprès d’un des cinq bureaux d’enregistrement accrédités. ProDomaines en fait partie.
Dans un second temps, en novembre ou décembre, tout le monde pourra déposer son .bzh.

Depuis février, vous rencontrez des entreprises. Comment, selon vous, appréhendent-elles l’arrivée du .bzh ?
L’intérêt des entreprises bretonnes, Loire-Atlantique y compris, est fort. Mais au-delà de l’aspect identitaire, j’essaie de leur faire comprendre les enjeux commerciaux qui en découlent.
En effet, le moteur de recherches Google localisera en priorité les nouvelles extensions. Avoir un site en .bzh sera un atout dans le référencement.

Quelles conséquences pour les entreprises qui ont un site internet en .fr ou .com ?
Leur site sera maintenu. Nous procéderons  simplement à une redirection. Quant aux tarifs, ils ne sont pas définitifs. L’association .bzh est propriétaire de l’extension et en fixera le prix.
J’ajoute que nos solutions comprennent la commercialisation du nom de domaine mais aussi sa protection.

Entreprises bretonnes visibles sur Internet : la course au .bzh est bientôt lancée et gare aux pièges et aux délais - AgenceBretagnePresse.com, 30 avril 2014

Par Christian Rogel.
Les entreprises sont trop négligentes dans la gestion de leurs sites Internet, car elles comprennent rarement que le nom de domaine (leur nom commercial) et l'extension un point+quelques lettres ou un mot sont vitaux pour leur chiffre d'affaire. Le temps est compté, parfois, à la seconde près, quand un site disparaît, parce que son nom a été automatiquement aspiré et mis dans les mains de quelqu'un qui veut en tirer de l'argent.
Il faut donc que les entreprises bretonnes fassent leur audit : pour combien de temps, elle ont la propriété de leur nom? Ont-elles les bonnes extensions? Est-ce qu'elles n'ont pas confié le soin de déposer leur nom sur Internet à une personne qui est partie? Ne devraient-elles pas avoir des noms de domaines en plus pour rabattre le trafic vers leur site ? Leur faut-il une extension .bzh, sachant qu'un concurrent peut le prendre avec leur nom à elle?
Tous ces sujets sont de la compétence de la société ProDomaines qui vient d'arriver à Quimper avec le parrainage du propriétaire du .bzh, l'association PointBZH. Deux emplois ont déjà été créés. Cette fameuse extension est presque là, moyennant quelques réglages techniques avec les Américains.
IMPORTANT : la course au .bzh démarre en juillet pour exactement 60 jours pour les entreprises qui ont déposé leur marque à l'INPI et il y a peu de guichets en France et un seul en Bretagne (ProDomaines). Le coût sera d'environ 250 euros. Pour être prêt, on peut les contacter et ils vous enverront une newsletter quotidienne.
Une période limitée s'ouvrira ensuite pour les organismes para-communaux et pour les associations. Probablement, cet automne. Plus tard, ce sera une ouverture générale, mais au cours de laquelle on découvrira, peut-être des squattages de noms.

Lire l'article complet sur le site de l'agencebretagnepresse.com

ProDomaines vante le .BZH aux entreprises - Ouest France, 14 avril 2014

.BZH : Guerre commerciale en vue - Le Télégramme de Brest, 22 mars 2014

extrait du journal Télégramme

.BZH, c'est fait. L'Icann, l'instance chargée d'administrer et de délivrer les noms de domaine de l'internet, a validé l'extension géographique bretonne le 27 février dernier. « L'extension .BERLIN a été validée mercredi. En une journée, il y a eu 36.000 demandes d'inscription. » Franck Le Gal, de ProDomaines, bureau d'enregistrement des noms de domaine, observe avec envie l'engouement suscité dans la capitale allemande. Depuis février, la société de Pessac, près de Bordeaux, dispose d'un bureau à la pépinière des innovations à Quimper pour développer l'extension .bzh. Elle s'y trouve d'ailleurs à côté de l'association qui s'est lancée dans l'aventure du nom de domaine breton en 2004 (*).

Noms de domaines géolocalisés

Avec la signature du contrat entre .bzh et l'autorité de régulation, l'heure est en tout cas, pour les entreprises, de réfléchir à leur positionnement sur internet. D'autant que « Google va géolocaliser les nouveaux noms de domaines. Un .bzh sera mieux positionné qu'un .com ou un .fr », annonce Frank Le Gal. Deux stratégies possibles : s'adresser à l'un des 14 bureaux d'enregistrements accrédités par l'Icann ou plus spécifiquement faire appel aux cinq disposant en plus de l'habilitation TMCH, base de données prioritaire. Dans le premier cas, c'est « la logique du premier arrivé, premier servi », explique David Lesvenan, le président de l'association .bzh. Dans le second, « ce n'est pas une obligation mais être pré-inscrit sur la liste prioritaire avant l'ouverture générale permet de protéger sa ou ses marques, d'éviter le "cybersquatting" ou le "typosquatting" », précise-t-il. Une démarche qui nécessite toutefois d'être déjà inscrit à l'INPI, l'institut national de la protection industrielle. Dans un mois ou deux, l'association devrait faire connaître le prix de registre de son nom de domaine auprès des bureaux d'enregistrement (le même pour tous).

Un club pionnier

L'association travaille aussi actuellement à la création d'un « club pionnier » pour regrouper une vingtaine de partenaires dont les noms seront activés avant les autres et à une promotion nationale du .bzh. Un club qui intégrait des entreprises régionales emblématiques, des associations organisatrices de grands événements et des institutionels. La région Bretagne a déjà annoncé son passage au .bzh. L'ouverture au grand public est attendue à l'automne ou en décembre.
(*) L'association .bzh comprend le conseil régional de Bretagne, la ville de Quimper, le département de la Loire-Atlantique, la CCI de Quimper.

Voir l'article complet.

ProDomaines s'implante à Quimper - Le Journal des Entreprises, 01 mars 2014

extrait : Le Journal des Entreprises

Les énormes enjeux du futur .BZH sur le net - Ouest France, 13 février 2014

.BZH : Les premiers noms de domaine au premier semestre 2014 - Le Télégramme, 13 février 2014